aptm

Dans le quartier berlinois de Wedding, le numéro 18 de la Lindower Strasse est actuellement l'une des adresses incontournables en matière de design d'intérieur. C'est ici que, vers le milieu de 2017, Chris Glass a créé, au troisième étage d'un vieil immeuble en brique, l'aptm (a place to meet). L'aptm, qui se présente comme un loft à la fois chaleureux et extravagant, est conçu comme show-room, lieu d'événements et living gallery, comme un espace ouvert au design, à l'art, aux accessoires, aux curiosités et à l'univers culinaire – bref, un lieu refuge, conçu pour abriter des expositions, des événements d'affaires, des dîners festifs, des dégustations, des shootings photo et bien d'autres manifestations. Les mises en scène thématiques, renouvelées périodiquement, font du loft une sorte de laboratoire dédié à la création et au style de vie. Chris Glass sélectionne soigneusement les pièces qu'il expose, créant ainsi des univers sans cesse nouveaux, qu'il s'agisse de l'habitat ou d'événements. C'est dans le cadre de la mise en scène actuelle sur le thème «Allemand: qu'est-ce que c'est ?», que l'attention de ce globetrotter, amoureux du beau, a été attirée par l'entreprise Rolf Benz, qui, depuis des décennies, rédige page après page l'histoire du design allemand. Et c'est ainsi que, depuis peu, le loft de Glass intègre également une sélection de meubles Rolf Benz qui contribue à l'ambiance bien-être du lieu. Nous nous sommes entretenus avec Chris Glass, créateur de l'aptm, de ce projet qui lui tient tant à cœur:

Quel est votre arrière-plan personnel, et quelles sont les circonstances qui vous ont amené à vous installer à Berlin?

J'ai grandi dans une banlieue d'Atlanta, en Géorgie, et ai étudié le théâtre musical au conservatoire de Boston. Avant de venir à Munich en 2001, j'ai vécu à New York où j'ai exercé plein de métiers très différents : j'ai été gérant de restaurant à Manhattan, travaillé dans un magasin de chaussures, vendu des sex toys, fait du porte à porte pour vendre des cosmétiques, chanté sur diverses scènes, créé des communautés et des réseaux de créatifs, et il est fort possible que j'en oublie. Mais j'ai toujours aimé le contact avec les gens – bâtir une relation avec les clients est pour moi déterminant. C'est en 2009 que j'ai quitté Munich pour aller vivre à Berlin. Mon amieTatiana trouvait que cette ville offrait un nombre incroyable de possibilités, toutes plus intéressantes les unes que les autres. Or c'était exactement cela que je cherchais à l'époque. J'avais à peine terminé le déménagement que j'ai adhéré au Soho House et ai ouvert le premier club privé d'Europe.

Qu'est-ce que vous aimez à Berlin ?

Berlin offre une foule d'opportunités. D'une part, parce que la ville n'est pas excessivement chère. De l'autre, parce qu'elle est un hotspot pour tout ce qui est nouveau et de nature à éveiller la curiosité. La conjugaison de ces deux atouts a de quoi séduire les créatifs et tous ceux qui aiment la créativité.

Vous avez une formation d'artiste de comédie musicale. Qu'est-ce qui vous a poussé à devenir «architecte d'intérieur»?

J'ai toujours eu un faible pour l'architecture d'intérieur et le design. Lorsque j'étais enfant, je réorganisais au moins une fois par fois tout l'aménagement de ma chambre. Aujourd'hui, je suis capable de passer des heures à feuilleter des magazines de décoration et d'aménagement de la maison. Et avant de m'endormir, au lieu de compter les moutons, j'imagine des espaces. En fait, j'ai fait de ma passion un métier. L'année dernière, le magazine de décoration «Ideat » a consacré un reportage à mon appartement. Après cela, plusieurs personnes m'ont demandé s'il m'était possible d'aménager le leur, ce qui est un formidable encouragement. Mon style est fortement influencé par mes voyages et par ma préférence pour le design classique ainsi que pour les histoires que notre intérieur raconte sur nous. Dans le domaine de la comédie musicale, tout tourne autour d'une histoire, ce qui me fait dire que la boucle est bouclée en quelque sorte.

Quand et comment vous est venue l'idée de créer l'aptm?

Au cours de mes voyages, j'ai la chance de rencontrer quantité de gens et aussi de découvrir beaucoup de lieux et beaucoup de choses. Ma valise n'a jamais été assez grande. J'ai voulu créer un espace qui me permette de faire partager aux autres toutes mes découvertes. L'aptm est un lieu de rencontre, non seulement pour les personnes, mais aussi pour les idées et les marques.

Quelle était et est votre intention concernant l'aptm?

L'aptm est pour moi un mode d'expression éminemment personnel. Il me donne tout l'espace dont j'ai besoin pour réaliser mes expérimentations tout en m'offrant l'opportunité de partager avec d'autres des découvertes intéressantes. J'espère que tout le monde trouve dans ce lieu une source d'inspiration et d'enrichissement. Mais j'espère surtout que toutes et tous s'y sentent bien.

Et comment êtes-vous venu à vous intéresser à la thématique du design allemand?

Je vis depuis maintenant plus de 16 ans en Allemagne, ce qui m'a permis de voir que, derrière la culture et les gens, se dissimulaient bien plus d'aspects que ne le décrivent les clichés habituels – un mélange intéressant de raideur et de décontraction. J'ai voulu prendre un bref temps de recul et tout observer avec un regard neuf pour faire d'autres découvertes. Et j'ai souhaité mettre en lumière comment « être allemand » se révèle dans la culture et le design. Aujourd'hui, le flambeau de la longue tradition de fonctionnalité et d'artisanat d'art est repris par un groupe d'aménageurs de magasin et de marques qui osent la nouveauté tout en restant fidèles à ce référentiel. Et c'est à eux que j'ai voulu offrir une plate-forme d'expression.

Chris Glass, fondateur aptm

„L'aptm est pour moi un mode d'expression éminemment personnel. Il me donne tout l'espace dont j'ai besoin pour réaliser mes expérimentations tout en m'offrant l'opportunité de partager avec d'autres des découvertes intéressantes. J'espère que tout le monde trouve dans ce lieu une source d'inspiration et d'enrichissement. Mais j'espère surtout que toutes et tous s'y sentent bien.“

Qu'est-ce qui vous a inspiré lors de la planification et du design de votre aménagement?

Je voulais d'abord véhiculer une idée. Cela signifie que mon intention était de révéler une facette surprenante du design allemand en démontrant sa clarté formelle, mais en la complétant par des structures et des lignes plus douces. Ensuite, je veux intégrer certains designers et produits phares à titre de repères. Par exemple, je tenait beaucoup à présenter Rolf Benz dans un contexte nouveau. Et c'est parce mon espace doit être attractif et communiquer un sentiment d'harmonie qu'il m'importe de réunir les deux pour aboutir à une sorte de chez-soi intimiste.

Qu'est-ce qui est, selon vous, typiquement allemand?

Il y a bien sûr beaucoup de clichés pour décrire ce qui serait typiquement allemand – précision, ponctualité, attitude réservée et ainsi de suite. Mais j'ai aussi découvert une décontraction ainsi que des traits de caractère faisant la part belle à la fantaisie et à l'émotion et que beaucoup de gens ne considèreraient pas à coup sûr comme typiquement allemands. Dans certaines régions, le temps semble s'être arrêté, alors que l'on peut observer que le monde des affaires est à de nombreux égards en avance sur son temps. La nature est un aspect subtil, mais partout présent en Allemagne. Le casse-croûte est une invention géniale, l'été ne serait pas l'été sans une chope de bière blanche fraîche, le pin-pon est aussi énervant que classique, et je me surprends régulièrement à attendre sagement que le petit bonhomme du feu de signalisation passe au vert avant de traverser la rue.

Parmi tous les modèles de la collection Rolf Benz, pourquoi vous êtes-vous décidé pour NUVOLA, et quelles ont été vos expériences personnelles avec la marque Rolf Benz lors de votre visite à Nagold ?

J'ai voulu rendre hommage à l'héritage de Rolf Benz et en même temps mettre en exergue toute la modernité de cette marque. Pour rompre avec les traditions, nous avons bouleversé l'agencement habituel des canapés et des tables basses en plaçant les canapés dos à dos et non pas face à face. La pureté des lignes et la simplicité des formes de Nuvola ont constitué à nos yeux l'élément de récit idéal pour notre histoire, au sens où il fait écho à notre polyvalence – et ce grâce aux différences de profondeur et de largeur des divers modules. La plupart du temps, j'ai navigué d'une métropole à l'autre et c'est justement pour cela que venir à Nagold, ville à taille humaine, a été une expérience très rafraîchissante. Ce sont surtout les gens qui m'ont impressionné. CHACUN était aimable. Tous souriaient, recherchaient le contact visuel, ils étaient curieux et ouverts … et ils disaient « Mahlzeit » (bon appétit !). J'ai eu l'impression de vivre un conte de fées. Certains travaillent depuis de longues années chez Rolf Benz – et pour eux, l'entreprise n'est pas simplement synonyme de travail, mais elle représente une part importante de leur vie. Une telle passion et un tel dévouement en disent long sur une entreprise.

Une dernière question : quel va-t-être votre nouveau projet ?

Je me suis rendu en Afrique l'année dernière et, outre le fait que j'ai pu réaliser ainsi l'un de mes rêves, ce voyage a éveillé ma curiosité pour le design africain. Nous sommes donc en train d'explorer des lieux reculés pour trouver ce que le terme « Afrique » peut bien signifier. Mais avant cela, il y a encore mille choses à faire et je suis impatient de savoir ce que l'avenir va nous apporter.

A place to meet – a place to be

Rolf Benz est avec Nuvola ainsi que la table d'appoint Rolf Benz 984 et le tabouret de bar Rolf Benz 650 est exposé jusque fin juillet 2018 à l'adresse Lindower Strasse 18.

Cinéma, culture et Kosslick – un entretien avec « Monsieur Berlinale »

La chasse à l'ours, 68e édition – un spot pour le plus festival de cinéma du monde ouvert au public ! Cette année encore, la Berlinale fait entrer dans la capitale une belle part de strass et de paillettes. En février de chaque année, c'est l'époque où stars et starlettes défilent sur le tapis rouge déroulé devant le Palais de la Berlinale et brillent de tous leurs feux, où des milliers de cinéphiles affluent dans les salles obscures de la métropole des bords de la Spree. Pendant quelques jours, Berlin se débarrasse du triste manteau de la grisaille hivernale pour se transformer en un Eldorado cinématographique dont le rayonnement est planétaire.

Choisi comme « Official Supplier » de la Berlinale, Rolf Benz a mobilisé son équipe de décorateurs pour meubler avec classe les lieux où s'est déroulé le festival. Par exemple, les « lounge areas » aménagées dans les arcades du Potsdamer Platz ou encore le club VIP de la Berlinale, rebaptisé par les familiers le « salon de Dieter Kosslick », où le directeur du Festival reçoit personnellement, et ce depuis de longues années, les équipes en compétition juste avant les conférences de presse.

Nous nous sommes entretenus avec le patron de la Berlinale de son nouveau « salon » et de l'effet d'un design haut de gamme sur le bien-être de chacun.

 

Durant la Berlinale, vous avez des journées très stressantes. Où trouvez-vous parfois un peu de répit?

Dans le club VIP de la Berlinale, où nous accueillons les équipes de film, l'ambiance est souvent fébrile car tout se déroule à un rythme d'enfer. Mais je m'y suis aménagé un petit bureau où j'ai fait mettre un canapé. C'est là que je m'installe pour me concentrer sur le prochain va-et-vient et la conférence de presse qui va suivre. Dans le club VIP également, nous veillons tout particulièrement à ce que l'atmosphère soit détendue et amicale. Le fait est que les équipes de film doivent se sentir bien chez nous, même dans les moments de grande précipitation. Un intérieur élégant, d'un haut niveau de qualité, peut être en ce cas une aide précieuse.

Que se passe-t-il ici, dans le club VIP de la Berlinale, appelé familièrement « le salon de Dieter »? 

Partant du club VIP, tout le monde se dirige vers le photo call, passage obligé où les artistes et les metteurs en scène en sélection posent devant des photographes internationaux. Nous demandons ensuite à nos invités de se rendre à la conférence de presse. Les journalistes ont déjà vu les films en avant-première et s'empressent donc de formuler telle ou telle question critique. Pour les équipes de film, ce sont des instants palpitants et chargés d'émotion. Il est à ce titre d'autant plus important que tous trouvent dans le club VIP de la Berlinale un lieu où ils peuvent se détendre dans les meilleures conditions autour d'une tasse de café et apprécier une ambiance raffinée.

Quelles doivent être, à votre avis, les qualité du « salon de la Berlinale » ?

D'un côté, le « salon » doit donner une impression chaleureuse accueillante – bien dans l'esprit de la devise : « Bienvenue à Berlin et à la Berlinale». Si le mobilier se doit d'être fonctionnel et confortable, il doit aussi refléter la tendance internationale. A cet égard, notre partenaire Rolf Benz a réussi le pari d'aménager le club VIP de la Berlinale en respectant pleinement ces critères.

Vous êtes originaire de Pforzheim, ville du Bade-Wurtemberg. Est-ce que vous avez un lien particulier avec la marque ROLF BENZ et les meubles « made in Nagold »? 

Rolf Benz est depuis très longtemps un nom qui renvoie à une image forte – puisqu'il raconte l'histoire d'un succès qui se déroule dans une petite ville de Forêt-Noire. Pour nous, la griffe Rolf Benz a toujours été synonyme de qualité et de design de haut niveau tout en démontrant le savoir-faire et le talent des artisans allemands. On ne peut qu'être heureux que de telles valeurs perdurent encore à notre époque.

Est-ce que vous avez vous-même, dans votre espace de vie personnel, un meuble que vous affectionnez tout particulièrement?

Je possède quelques chaises vintage, des grands classiques du design signés Arne Jacobson et Egon Eiermann. Ils sont non seulement fonctionnels, mais aussi super-confortables. En fait, ils sont exactement comme les meubles Rolf Benz.

La culture cinématographique rejoint la culture du design

Du 15 au 25 février 2018, presque 400 films du cinéma mondial sont projetés à la Berlinale. Une vingtaine de films nationaux et internationaux ont d'emblée une chance de remporter l'Ours d'or ou l'Ours d'argent. Dans le milieu du cinéma international, ces trophées très disputés sont tenus en haute estime et font pour ainsi dire figure de monnaie forte. Cette année, le « gardien de la stabilité monétaire » est le célébrissime cinéaste Tom Tykwer, qui, en sa qualité de président du jury, garantit le haut niveau de la compétition. 

Le fait que Rolf Benz ait été choisi comme « official supplier » de la Berlinale reflète les hautes exigences de qualité du festival, exigences qui englobent aussi le design du mobilier. Le choix s'est entre autres porté sur deux vedettes de la collection Rolf Benz couronnées de plusieurs prix de design : les gammes de canapés Rolf Benz TONDO et NUVOLA. On en arrive à regretter de ne pas pouvoir simplement emporter des canapés aussi beaux et si confortables dans une salle de projection. 

IMM Cologne 2018
Trend check à Cologne

Le blues de janvier ? Mais non, fausse alerte ! Premier Salon de l'aménagement en cette année qui vient tout juste de commencer, l'IMM Cologne 2018 et ses multiples facettes viennent à nouveau faire briller de mille feux l'univers de l'habitat. Plus de 1 200 exposants venus de 50 pays présentent dans la métropole rhénane des idées et concepts faits pour permettre à chacun d'embellir son intérieur – et lui donner l'envie de réaliser une nouvelle mise en scène qui valorise son espace personnel. Rolf Benz est bien sûr de nouveau de la partie en venant avec des sièges de salon dont on peut affirmer qu'ils sont des créations visionnaires : non seulement ils font apparaître un large sourire de satisfaction chez les visiteurs qui les essaient, mais placent aussi la barre si haut qu'ils éclipsent bien des nouveautés exposées à l'IMM Cologne.

Des icônes du design fraîchement élues

Deux produits font tout particulièrement parler d'eux lors de cette édition 2018 : le fauteuil club Rolf Benz 562 et le canapé composable Rolf Benz RONDO. Avant l'IMM Cologne, et à l'occasion de la « Interior Design Week » organisée elle aussi à Cologne, les deux modèles avaient déjà été récompensés par les « Iconic Awards: Innovative Interior 2018 », distinctions très convoitées. Dans le secteur du meuble, ce prix est considéré comme le baromètre de tendance en matière de design d'intérieur contemporain.

Élégant, le canapé style lounge Rolf Benz RONDO l'est à coup sûr avec son dossier haut et fin qui fait le tour du siège. Son design particulièrement réussi lui a valu le titre de « winner » à l'issue du concours. Quant au fauteuil club Rolf Benz 562, qui définit à lui seul ce qu'est un minimalisme classe, une esthétisme organique et un refus affiché de toute prétention, il a même été proclamé « Best of Best » qui est la mention la plus prestigieuse entre toutes.

Les deux créations, signées par le designer suisse This Weber, sont nées d'une réflexion par rapport à la collection Rolf Benz existante. « Nous avons voulu dessiner des sièges de salon les plus fins et les moins gourmands en place possible sans pour autant faire de concessions au niveau du confort et de l'élégance », explique This Weber. « Le lien de parenté stylistique existant entre les deux meubles permet de les associer à volonté : le canapé RONDO donne la mélodie de base et les fauteuils club jouent avec virtuosité de multiples variations.

 »This Weber a reçu le sens du beau dès le berceau : « Je suis issu d'une famille versée en matière d'artisanat et d'esthétique. Mon grand-père, menuisier de son état, fabriquait des meubles qui étaient chacun une pièce unique. Mon père travaillait comme graphiste et typographe. Il créait des polices d'écriture et des logos ». Le succès n'a pas tourné la tête à This Weber et le designer déclare avec une bonne dose de pragmatisme sympathique : « Il est naturellement bien agréable de recevoir de tels prix, puisqu'ils attirent une certaine attention. Mais il est encore plus important que les produits plaisent aux clients et remportent un grand succès sur le marché », estime-t-il.

„Je suis issu d'une famille versée en matière d'artisanat et d'esthétique. Mon grand-père, menuisier de son état, fabriquait des meubles qui étaient chacun une pièce unique. Mon père travaillait comme graphiste et typographe. Il créait des polices d'écriture et des logos“

Hommage aux vainqueurs

L'un des principaux points forts du fauteuil club Rolf Benz 562 est que ses formes harmonieuses lui permettent de s'intégrer parfaitement dans pratiquement tous les styles. C'est d'ailleurs ce que démontrent les photos prises aux alentours de l'IMM Cologne, où ce beau siège, accompagné par son créateur, pose dans quelques lieux emblématiques de la métropole rhénane : devant la célèbre cathédrale, dans le musée Ludwig, sur le pont Hohenzollern, sur la non moins célèbre Rheinpromenade (promenade au bord du Rhin), en avant-plan des Kranhäuser (maisons grues) ou encore dans la station de métro « Chlodwigplatz ». Où qu'ils soient, les deux protagonistes font tout simplement excellente figure. « Mon ambition est de créer des objets qui soient désirables. C'est la mission que je m'assigne tous les jours », explique This Weber. Mission accomplie !

Un blog stylé

Anika Pries a un faible, mais aussi la main heureuse pour dénicher tout ce qui a de l'allure - et elle aime partager ses trouvailles avec les autres. Elle a créé pour cela le blog STILREICH, entièrement dédié à l'aménagement intérieur et au style de vie. Cette créatrice de communication de 34 ans fait battre depuis six ans le cœur de ses lectrices et lecteurs. Ces quelques années ont suffi pour qu'elle constitue une vaste communauté de fans et de followers et fasse de sa passion une profession.

« L'aménagement de l'espace de vie et le travail de création sont mes deux grandes passions » déclare cette jeune femme très classe, qui vit avec son mari et ses deux fils, âgés respectivement de huit et dix ans, dans un domaine idyllique de Rheinessen. « J'inspire mes lectrices et mes lecteurs en leur présentant le style qui m'est propre. Je leur parle de mon cadre de vie, des nouvelles tendances et de tout ce qui me fascine et m'inspire» : c'est en ces quelques mots qu'Anika donne la recette de son succès.

Les photos publiées sur le blog qu'elle a entièrement dédié à l'aménagement intérieur et au style de vie révèlent qu'Anika a une préférence marquée pour la simplicité recherchée du design scandinave, qui constitue en quelque sorte le fil rouge de tout son espace habitat. Légèreté et clarté dominent l'impression d'ensemble. Le blanc, le noir et les gris règnent ici en maîtres. Pour ajouter une touche tonique, Anika joue sur les matières textiles haut de gamme, déclinées dans de belles nuances de beige qui captent le regard. La maison de la famille Pries obéit globalement à la célèbre maxime «moins c'est plus ». « J'attache une grande importance à choisir une à une de jolies pièces et leur offre l'espace indispensable pour que chacune soit mise en valeur et produise l'effet recherché», explique Anika.

Ses dernières découvertes : du chic encore et toujours

Toujours à l'affût des nouveautés en matière de tendances et de style, l'auteure de STILREICH s'est découvert tout récemment un faible pour un tissu bien particulier: « Le velours est tout simplement une matière merveilleuse en ce sens qu'il permet de donner à chaque espace une note à la fois glamour et chaleureuse », déclare la blogueuse avec enthousiasme. Et lorsqu'il est question de ses nouveaux meubles de salle à manger, l'enthousiasme d'Anika monte alors d'un cran : « Après avoir longtemps cherché, nous avons fini par trouver la table de repas idéale pour nous : la table ovale Rolf Benz 965 que nous avons choisie en chêne foncé. Associée aux chaises assorties de la série Rolf Benz 650, la table de notre salle à manger ressort magnifiquement devant le mur en pierre naturelle. La rusticité du mur brut et l'élégance du mobilier vivent ici en symbiose absolue. Ces nouveaux meubles s'intègrent parfaitement dans le style de notre habitat et offrent de plus l'avantage de créer la transition idéale entre l'espace repas et l'espace salon. A la fois chics et fonctionnels, ils ont été adoptés par toute la famille. Ici nous aimons aussi bien prendre nos repas que discuter, jouer et travailler.» constate-t-elle avec plaisir.

Anika Pries, Stilreich

„Ne surtout pas hésiter à oser les formes nouvelles. Garder à l'esprit qu'une table ne doit pas nécessairement être rectangulaire ou carrée. Accrocher quelques jolis tableaux au mur crée une ambiance stylée. Une console sympa permet de libérer de la place sur la table. Et enfin : un beau tapis moelleux parachève l'aménagement d'une salle à manger en lui conférant l'ultime touche qui fait d'elle un lieu où chacun se sent bien“

Même dans les espaces moins généreux, la table Rolf Benz 965, également proposée en version ronde, a fière allure. Le beau plateau en bois massif campé sur un mince piétement permet à cette table de s'intégrer harmonieusement dans les environnements les plus différents. Combinée aux chaises Rolf Benz 650, élégantes, adaptables et en plus récompensées par le German Design Award 2017, cette belle table permet de créer une composition d'une esthétique parfaitement cohérente.

Le conseil de la blogueuse à celles et ceux qui désirent embellir leur salle à manger : « Ne surtout pas hésiter à oser les formes nouvelles. Garder à l'esprit qu'une table ne doit pas nécessairement être rectangulaire ou carrée. Accrocher quelques jolis tableaux au mur crée une ambiance stylée. Une console sympa permet de libérer de la place sur la table. Et enfin : un beau tapis moelleux parachève l'aménagement d'une salle à manger en lui conférant l'ultime touche qui fait d'elle un lieu où chacun se sent bien ».

Envie de trouver encore plus de sources d'inspiration pour donner du chic à votre espace habitat ou relooker votre intérieur ? Rendez-vous sur le blog STILREICH ouvert depuis le 24/7. Un clic qui vaut le détour !

Adieu tristesse. Hello everybody!

Les chaînes hôtelières sans âme, qui se ressemblent toutes, privant ainsi le client du plaisir de la surprise, ont fait leur temps ! Un nombre croissant d'établissements accueille maintenant une clientèle heureuse d'entrer dans un lieu à mi-chemin entre la salle à manger conviviale et l'ambiance agréablement feutrée du salon de thé. Les clients ne sont pas seuls à en profiter. Les visiteurs de passage sont eux aussi bienvenus.

Auparavant stériles et dépourvus d'imagination, les espaces d'attente réservés à la clientèle en train d'arriver ou de partir se transforment de plus en plus en îlots animés et « meeting points » pour les groupes de personnes les plus divers. La zone de transit devient ainsi un lieu de rencontres où la mixité sociale est de mise : les voyageurs côtoient les habitants de la ville, les femmes et hommes d'affaires y voient des personnes en train de déguster tranquillement leur latte-macchiato et le coworking ultra-concentré fait face à une décontraction insouciante. En un mot : ces espaces sont vivants sur fond de musique d'ambiance.

Le meilleur exemple de ce nouvel état d'esprit est le groupe hôtelier 25hours qui, avec actuellement neuf établissements très design implantés à Berlin, Francfort, Hambourg, Vienne et Zurich redéfinit ce qu'est un hôtel. Les clients ne se voient pas offrir qu'un simple lit et une salle de bains. Ici, rien de répétitif : tout est toujours différent, sort toujours de l'ordinaire et est toujours unique. Pour le designer berlinois Werner Aisslinger, c'est le concept de l'avenir.

Werner Aisslinger

„Les hôtels redeviennent ce qu'ils étaient il y a un siècle : des lieux de rencontre chaleureux qui sont également utilisés par la population locale pour les fêtes, les repas de famille, pour boire simplement un café ou se retrouver pour les occasions les plus variées.“

Le lobbyisme au meilleur sens du terme

C'est un hôtel au style très branché qui se révèle de manière impressionnante dans le nouvel établissement du groupe. Le 25hours hotel langstrasse est déjà le deuxième ouvert à Zurich : il constitue en quelque sorte le point de jonction entre un quartier jeune, grouillant de vie, où se retrouve une foule d'artistes et de noctambules, et le quartier d'affaires de la Europaallee. Un melting pot par excellence. Et l'aménagement intérieur se présente aussi en conséquence : non conventionnel et fort en couleurs.

A la fois élégants et propices à la convivialité, les canapés forment la base incontournable d'une atmosphère décontractée, exclusivement faite pour se sentir bien. En collaboration avec Rolf Benz, le designer Werner Aisslinger a réalisé la ligne de sièges « Bench », spécialement conçue pour les espaces lounge, café et bar. On peut s'y asseoir pour travailler, mais aussi pour y passer de longs moments de détente et de relaxation.

Aisslinger a trouvé l'inspiration dans les tapis de gymnastique en cuir des années 70. Les assises et les dossiers de Bench sont en effet revêtus d'un robuste cuir brun, très épais, qui n'est pas sans rappeler celui de ces tapis autrefois très utilisés dans les gymnases. Les sièges Bench, qui se déclinent en deux dimensions, reposent sur un cadre métallique léger et trouvent dans l'hôtellerie et la restauration l'endroit idéal.

« Les hôtels redeviennent ce qu'ils étaient il y a un siècle: des lieux de rencontre chaleureux qui sont également utilisés par la population locale pour les fêtes, les repas de famille, pour boire simplement un café ou se retrouver pour les occasions les plus variées », estime Werner Aisslinger. Et il a ô combien raison.

DESIGN : LES NOUVELLES DE NEW YORK

Lieu empreint de nostalgie, source d'inspiration, creuset de tendances, temple de la créativité – New York City est une ville qui ne dort jamais et où l'ennui n'existe pas : 18 000 restaurants, 1 100 parcs, places et espaces publics, 100 musées, 400 galeries et de très nombreux théâtres offrent du changement en permanence et génèrent des impulsions créatrices de nouveaux liens synaptiques. Dans la métropole de 8 millions d'habitants baignée par l'Hudson River, c'est la vie qui palpite et une nouvelle page qui s'écrit à chaque instant. La plus grande ville des Etats-Unis par sa population est un biotope inépuisable, une incroyable pépipière où germent et s'épanouissent des idées novatrices. Des idées qui changent le monde. Et l'habitat. La gigantesque force créatrice qui, en matière de design, transforme aussi la Big Apple - la « grosse pomme » est le surnom donné par les New-Yorkais à leur ville - en Big Player, a cette année aussi conquis les visiteurs du salon WantedDesign.

Ce salon a été créé en 2011 par Odile Hainaut et Claire Pijoulat qui ont eu l'idée de rassembler la scène internationale du design dans une métropole entièrement ouverte au monde. Mission accomplie : d'année en année, cette manifestation attire une foule toujours plus nombreuse et constitue une plate-forme idéale pour les créateurs, les fabricants, les vendeurs, les artisans, les étudiants et les amateurs de design venant de tous les pays. L'illustre get-together a pour cadres les vieux murs historiques des « Terminal Stores » de Manhattan ainsi que, depuis 2015, l'« Industry City » dans le Sunset Park de Brooklyn.

Présent pour la première fois cette année, Rolf Benz a su démontrer que le design de classe mondiale était aussi chez lui outre-Atlantique.

TAKE A SEAT AND FEEL THE BEAT OF THE STREET

Une excursion à travers les rues de New York donne à chaque pas la sensation de se trouver dans un gigantesque cinéma. Chaque coin de rue réserve des découvertes extraordinaires, même pour tous ceux qui s'imaginent connaître la ville. Mais s'il est une personne qui, mieux que quiconque, est capable de saisir les innombrables facettes de la Street Life, c'est bien Wataru « Bob » Shimasato. Le photographe, né dans la ville japonaise de Nagano, vit aux Etats-Unis depuis 2009 et travaille aussi comme mannequin pour des grandes marques comme Diesel et Uniqlo. C'est en 2010 qu'il s'est découvert une passion pour la photographie du Street Style, passion qui ne l'a pas quitté depuis.

Nous avons demandé à cette icône de mode, reconnaissable à sa longue chevelure, de partir avec notre chaise Rolf Benz 650 dans les rues et les places de la ville et d'y faire exactement ce qu'il aime par-dessus tout: photographier. Très vite, l'harmonie fusionnelle entre le photographe et son motif est apparue comme une évidence. Et le design de la chaise, inspiré par deux mains qui se croisent, prend ici une valeur presque symbolique : Les coques en bois allient à une esthétique très réussie un confort tel que la chaise Rolf Benz 650 prend l'allure d'un havre de paix au beau milieu de l'agitation et du tumulte perpétuels de la vie urbaine.

New York est une shooting location unique – et, de fait, le cadre idéal pour la mise en scène de cette chaise, récompensée par le « German Design Award 2017 ». Notre excursion photo a démarré, of course, à Broadway, sillonné jour et nuit par les yellow cabs, célébrissimes taxis new-yorkais. D'autres coulisses tout aussi incontournables ont suivi : ainsi la High Line, ancienne voie ferrée qui a été transformée petit à petit en parc suspendu et offre des vues spectaculaires sur la ville. Notre photographe star s'est bien évidemment rendu dans le quartier légendaire de SoHo où il a appuyé maintes fois sur le déclencheur de son appareil. Autre lieu qui ne pouvait être absent du programme : le Meatpacking District, quartier à la mode, avec ses vieux bâtiments industriels dont la maçonnerie en briques apparentes a été soigneusement préservée. Le Brooklyn Bridge Park, qui s'étend sous les ponts de Manhattan et de Brooklyn, donne une vue à couper le souffle sur Manhattan. Et last but not least : Dumbo – le quartier résidentiel de Brooklyn, qui se trouve au pied du pont de Manhattan et du pont de Brooklyn et offre une vue imprenable sur Manhattan. Dumbo est un acronyme qui signifie « Down Under The Manhattan Bridge Overpass ».

Le résultat de notre circuit photo inhabituel à travers la Big Apple : une belle série d'instantanés d'une élégance nonchalante et d'une beauté hors du temps. New York, New York, nous reviendrons ! Et notre modèle vedette à quatre pieds ? Il reste sur place et est à découvrir dans le Rolf Benz Flagship Store « BY STUDIOANIS », qui se trouve dans la Greene Street. A propos : et vous, quand allez-vous visiter New York?

SALONE DEL MOBILE MILANO
CITY TOUR D'UNE MINIATURE

Cette année encore, le Salon international du meuble de Milan a exercé son pouvoir d'attraction presque magnétique sur des centaines de milliers d'amateurs de mobilier haut de gamme et de design venus du monde entier – offrant ainsi la plate-forme idéale pour notre dernière création : Rolf Benz ALMA. Dessinée par Beck Design, cette série de meubles de style lounge donne l'impression d'être en état d'apesanteur dès que l'on s'assied. Un design épuré et un piétement tout en finesse lui confèrent une allure d'une légèreté aérienne.

Afin que Rolf Benz ALMA suscite aussi un intérêt bien mérité en dehors des halls d'exposition du légendaire Salone del Mobile, nous avons imaginé une astuce : créer une réplique miniature de Rolf Benz ALMA, fidèle au détail près et réalisée à l'échelle 1:10. Nous sommes ensuite partis à la recherche des lieux de la capitale de la Lombardie les plus propices pour notre projet photographique. Et nous les avons bien sûr trouvés.

Premier arrêt photo : Fontana di Piazza Castello. Située dans la partie nord-ouest de la vieille ville, cette très jolie fontaine pittoresque fait face à l'entrée principale du vénérable Castello Sforzesco et invite chacun à passer des moments de détente à l'écart de l'agitation milanaise. Installée en un clin d'œil, notre composition ALMA en format de poche est devenue en quelques minutes seulement un motif photographique à tel point réussi qu'elle a presque volé la vedette à la fontaine et à ses jeux d'eau. Même l'imposant château, édifié à partir de 1450 sur les ruines d'une forteresse militaire appartenant à la famille Visconti, en serait presque devenu secondaire.  

Station suivante : Largo Maria Callas – cette petite place idyllique, avec ses charmantes boutiques, proche du château, rend aussi hommage à l'une des plus grandes sopranos de tous les temps. Ici aussi, notre sympatique miniature a attiré un flot de passants dont elle a su à coup sûr faire battre le cœur.

Nous avons poursuivi notre chemin en prenant la direction de la Casa Feltrinelli Porta Volta. Le bâtiment multifonctionnel de la fondation Giangiacomo Feltrinelli abrite une bibliothèque, une librairie, un café ainsi que des espaces dédiés aux expositions, aux manifestations et aux bureaux. Ses façades en verre spectaculaires attirent tous les regards. L'ouvrage impressionnant a été conçu par les architectes suisses Herzog & de Meuron, qui ont aussi construit la Philharmonie de l'Elbe. Ce bâtiment hors norme a récemment suscité un immense intérêt dans le monde entier.

Dans cet ordre d'idées : placée devant l'imposant Duomo di Milano – troisième église du monde par sa surface – notre « petite ALMA » a soulevé une vague d'enthousiasme telle que quelques chasseurs d'images sont allés jusqu'à s'agenouiller pour nous remercier de leur avoir permis de prendre une photo aussi parfaite. Nous en avons tiré une leçon de cette scène : ce sont parfois les petites choses qui font justement naître le plus grand engouement. Même en marge du plus prestigieux salon mondial du meuble.

Sitting in Cologne
S'asseoir. Inspirer profondément. Refaire le plein d'énergie.

A peine l'année 2017 vient-elle de commencer que la liste des choses à faire s'allonge de nouveau et que notre cerveau menace d'être submergé par les hormones du stress. Nouvelles tâches, bonnes résolutions et autres projets s'accumulent avec tout ce qui a été repoussé ou négligé l'année précédente. Et avant même de nous en être rendu compte, nous sommes d'un seul coup d'un seul remis sur la grande roue de la vie quotidienne qui continue de tourner et de nous tournebouler.

Stop! Il est grand temps de mettre le stress échec et mat. Par exemple, en optant pour une de ces escapades citadines qui élargit l'horizon, ouvre de nouvelles perspectives et permet de se recentrer sur soi-même. Réapprenons à prendre le temps de nous ressourcer et à recueillir des impressions sans prise de tête. Par exemple, en mettant le cap sur Cologne. Célèbre par sa cathédrale, la métropole rhénan symbolise plus qu'aucune autre cité allemande la joie de vivre et la décontraction, si joliment résumées par la devise : « Arrive ce qui doit arriver ».

Dans le cadre de l'IMM Cologne 2017, salon international du meuble, nous avons visité la métropole rhénane et, ce faisant, profité de l'occasion pour glaner des informations sur les meilleurs lieux publics dédiés à la détente. Nous sommes donc en mesure de vous dévoiler où, dans la capitale de la bonne humeur, on peut s'asseoir et faire le vide mental –  en dehors bien entendu du hall où sont exposés les sièges nouvellement édités par Rolf Benz. Installez-vous, marquez une pause, écoutez votre petite voix intérieure et laissez-vous imprégner du charme si particulier de cette grande ville. En un mot, soyez aussi zen que la statue de Saint Albert le Grand qui se dresse devant le bâtiment principal de l'Université de Cologne.

Pour le bien-être de l'âme

Que serait Cologne sans sa cathédrale, célébrissime emblème d'une ville classée au patrimoine mondial de l'UNESCO? C'est purement et simplement inimaginable. Il n'est donc pas étonnant que les habitants et les nombreux touristes aiment tant s'asseoir sur les marches de cet imposant chef-d'œuvre de l'art gothique. Installés tranquillement au pied de l'édifice, ils ont ont tout loisir d'observer le brouhaha de la foule bigarrée qui se presse autour de la gare centrale. Ceux qui privilégient au contraire le retour sur soi se rendent à l'intérieur de la cathédrale – ou dans le forum  qui, outre des informations, conférences et manifestations, propose aux visiteurs des espaces dédiés au recueillement et à la méditation.

A Cologne-Ehrenfeld, l'église du Saint-Sépulcre Saint-Bartholomée est le refuge idéal pour fuir l'agitation et s'accorder quelques instants de paix absolue.

Après ces moments de silence, le moment est venu de se diriger tranquillement vers le nouveau boulevard du Rhin. Large de 500 mètres, le grand escalier garantit une vue imprenable sur la cathédrale et le vieux Cologne – et réunit à la belle saison toutes les conditions pour s'asseoir en toute quiétude et goûter la douceur des nuits d'été.

Du haut de ses 103 mètres, le Kölntriangle (Triangle de Cologne)  domine la rive droite du Rhin. Avec sa grande plate-forme, le bâtiment offre une splendide vue panoramique sur la cathédrale, la ville et les environs. Autre bonne idée pour laisser son regard et ses pensées vagabonder à l'infini : prendre le chemin du restaurant historique « Bastei » qui se trouve directement au bord du Rhin et peut être loué pour des festivités.

Si vous estimez que seul un bon café vous permettra de prolonger ces instants de détente, alors il faut absolument que vous alliez à la Van Dyck Rösterei (usine de torréfaction) et son bar à expresso, récompensée en 2012 par le prix international d'architecture « AIT-Award ». Et avant qu'elle vienne elle aussi rallonger la liste des choses à faire, le temps est venu de clore l'escapade citadine en dégustant un expresso parfumé et puissant. Juste histoire de se faire plaisir.

DESIGNERS’ SATURDAY
Rencontre au sommet de la création

Bienvenue à Langenthal, métropole du design ! Tous les deux ans, la petite commune de 15 000 âmes du canton de Berne, se transforme le temps d'un week-end de novembre en un hotspot du design, véritable concentré d'idées nouvelles et lieu de rencontre de la scène internationale du design. La 16e édition du Designers’ Saturday, qui s'est déroulée les 5 et 6 novembre 2016, a pris l'allure d'une rencontre au sommet : cet événement incontournable a en effet attiré plus de 15 000 connaisseurs éclairés, venus découvrir et admirer les mises en scène extraordinaires imaginées par 70 exposants de renommée mondiale. Le concept d'exposition du Designers’ Saturday, lancé en 1987 par les plus grands noms du design suisse, démontre à lui seul qu'il ne s'agit pas d'un salon conventionnel. Ici, on se trouve à des années-lumière du cadre stérile et impersonnel des halls d'exposition classiques. Le visiteur est plongé dans l'environnement de production authentique de l'industrie du design. Les créations sont exposées exactement là où, jour après jour, naissent les objets du quotidien, comme le hall de production de la menuiserie Hector Egger, l'un des six grands sites de fabrication ouverts au public à Langenthal. C'est ici que Rolf Benz a fêté pour la première fois la présence de sa marque lors de la 16e édition du Designers’ Saturday.

Le labyrinthe de Langenthal

La scénographie réalisée par le célèbre fabricant de Forêt-Noire avait pour leitmotiv « Le labyrinthe ». Les visiteurs ont pu s'offrir un voyage découverte singulier à travers un box en bois de 50 mètres carrés. Le chemin labyrinthique – culs-de-sac compris – les faisait passer devant des couleurs, des dessins, des effets de miroir, des textes et des niches abritant des meubles visionnaires de Rolf Benz. Les créations exposées avaient toutes pour but d'illustrer une réinterprétation magistrale du bois et, ce faisant, de faire le lien avec le box en bois construit pour la circonstance – par exemple le fauteuil 580 et le banc 944, tous deux inspirés par l'art de l'origami, ainsi que la table de repas 965, entièrement réalisée en bois massif, mais dont la légèreté des lignes est aussi stupéfiante qu'inattendue. Au centre du labyrinthe – appelé « la zone verte » –, un banc permettait aux visiteurs de marquer une pause, le temps de revivre leurs impressions, mais aussi d'utiliser la photobox pour faire un selfie immortalisant l'instant.

Les produits de la collection Rolf Benz présentés lors du Designers’ Saturday ont tous été créés par le studio de design munichois « formstelle », réputé pour ses connaissances du travail du bois et dont les idées, conjuguées au vaste savoir-faire artisanal de la marque Rolf Benz, créent régulièrement la surprise dans l'univers du meuble. « En exposant au Designers’ Saturday, nous avons pu démontrer aux visiteurs que nous ne contentons pas de fabriquer des canapés atteignant l'excellence, mais que nous proposons en matière d'aménagement un design du plus haut niveau. A Langenthal, nous avons fait le choix de présenter des projets que leur singularité place bien au-delà du temps présent », a déclaré Jürgen Mauss, Président du comité de direction de Rolf Benz SA.

Entretemps, le calme est revenu à Langenthal. Jusqu'au prochain Designers’ Saturday, en novembre 2018, cette petite ville pleine de charme vit de nouveau à son rythme, comme tant d'autres communes du Mittelland suisse.